Fin de la saison 1

L’Abaca, une première saison à peine terminée, la seconde est déjà dans les starting-blocks.

Après une première saison de L’Abaca, nous pouvons faire un premier point sur la partie animations. Il y en a eu pour tous les goûts et tous les âges: de l’humour, de la musique, de la danse, du théâtre, du chant, du national, du local…

Tout confondu c’est près d’une dizaine de représentations qui se sont succédées. Il y a eu l’humour grinçant de Christophe Alévêque, la voix Cristalline d’Awa Ly, l’univers déjanté de Pépito Matéo, la poésie de Lorène Bihorel, les jeux de mots de Vincent Rocca et Wally, le rock Juvénile des News Kids, la fantaisie du théâtre des Borderies, l’énergie de Zumb’N Cherves, l’échange musical entre Indéswing et le conservatoire du Grand Cognac et en final, comme un feu d’artifice, la formidable prestation d’Innervison.
Si le public (hors théâtre des Borderies) a toujours été un peu juste en nombre, celui-ci a toujours été d’une grande qualité en participation.
Une partie de ces spectacles est préparée en collaboration avec la société Modul’Art et son administratrice Kelly Baudry. Ils ont tous (hors Christophe Alévêque) pour point commun, non pas de vous présenter des têtes d’affiche connues par le petit écran ou les radios nationales mais des artistes en passe de le devenir.
L’idée de L’Abaca est avant tout de vous faire découvrir de grands talents et pas forcement des vedettes.